Ipcinfo home

Map detail

Burundi: Situation de l’insécurité alimentaire aiguë actuelle (Juillet-Septembre 2017) et projetée (Octobre – Décembre 2017)

01/07/2017 - 31/12/2017
Burundi
Description

L’analyse actuelle a dénombré 18% de la population burundaise, soit 1,76 million de personnes en phase humanitaire (phases 3 et 4 de l’IPC). Cette situation reflète une légère amélioration par rapport à la même période l’an dernier, soit 3% de la population en phase 4 en 2017 contre 5% en 2016.

 

La plaine de l’Imbo est la plus touchée et la plus vulnérable à l’insécurité alimentaire avec 35% de la population en phase de crise alimentaire et 4% en phase d’urgence en 2017B contre respectivement 14% et 6% en 2016B.

 

La mauvaise saison culturale précédente a laissé d'importantes séquelles que même les bonnes récoltes de la saison 2017B n'ont pas pu totalement compenser, conduisant ainsi à un faible relèvement de la sécurité alimentaire. La crise socio-économique qui s'accentue depuis 2015 pèse toujours plus sur les moyens d’existence des ménages. La perte des opportunités économiques, une plus grande dépendance au marché alors que les prix continuent d'augmenter et l'érosion du pouvoir d'achat, rendent toujours plus difficile l'accès des ménages à l'alimentation.

 

L’analyse projetée estime à 27% le nombre de personnes en phase 3 et 4 pendant la période de soudure (octobre à décembre). Les zones de la crête Congo Nil, les dépressions du Nord et de l’Est et les plateaux secs de l’Est risquent de retomber en phase 3, au même titre que la plaine de l’Imbo.

 

Le faible accès aux marais et aux intrants, la persistance des maladies et ravageurs des plantes (mosaïque du manioc, BXW du bananier, la chenille d’automne du maïs) ainsi que la pression des retournés limitent la contribution de la saison 2017C à la sécurité alimentaire des ménages dont les stocks alimentaires issus des récoltes de la saison 2017B s’épuisent avec le mois de septembre, les revenus des ménages restent bas pour s'alimenter sur les marchés locaux, eux-mêmes faiblement approvisionnés du fait du manque de devises et la dépréciation du Franc burundais.

Food Security ClustersFEWS NETFAOThe Comité permanent Inter-Etats de Lutte contre la Sécheresse dans le Sahel (CILSS)CARE InternationalACF
The World Food Programme (WFP)unicefSICASave the ChildrenOxfamThe Joint research Center (JRC) of the European CommissionIGAD